Il y a bien un rapport en Bruno Troublé et les TP 52 mais rien à voir avec Mariska, sinon mon emploi du temps entre lundi et mardi. Etre un peu bousculé par un timing de travail un peu serré n’est pas une raison pour oublier les vieilles dames. J’étais donc de passage cette après-midi sur le chantier de Mariska pour compléter quelques prises de vues importantes. La pose des barrots suit son cours, et William (sur la photo en gros plan) commence à poser les porques, pièces en inox qui se vissent sur les membrures (sur certaines) et les barrots pour augmenter la rigidité, notamment aux points où les tensions seront les plus fortes une fois le gréement en place.

A part ça, j’étais à la conférence de presse des TP 52 hier à Marseille. Il faudra que je vous parle de ce circuit, l’Audi Med Cup, car ces bateaux sont fabuleux, c’est aujourd’hui un peu plus que l’antichambre de l’America Cup, puisque celle-ci étant au point mort, beaucoup d’équipiers de la Cup viennent sur le Med Cup. Bref, il y a des moyens et du haut niveau. J’ai vu pour le première fois un TP 52 aux Voiles de St Tropez en 2005. Je vous jure, j’ai instantanément craqué sur les lignes de ce bateau. Si vous aimez les Volvo 70 (les bateaux par les voitures…), vous aimerez les TP 52. Ils seront à Marseille début juin. Justement, Marseille, parlons-en. J’ai eu la chance de pouvoir discuter hier dans les salons flottants de la Nautique, avec Bruno Troublé, grand monsieur de la voile, ex barreur du Baron Bic lors de la Cup, patron de la Louis Vuitton Cup pendant 20 ans, et cette conversation était passionnante. J’y reviendrai

Share