Le refit de Mariska continue, et le bateau petit à petit apparaît. J’ai peu de temps pour en parler en ce moment mais je n’en continue pas moins à aller au chantier quasiment une fois par semaine. Voici une image prise aujourd’hui. Nonobstant le fait que j’ai appris que les câbles qui bordent le pont roulant sur lequel je monte n’était pas là pour protéger d’une éventuelle chute mais était parcourus par quelques milliers de volts, c’était une bonne après-midi de photographie. L’autre fois, j’avais failli tomber, le pont roulant doit être à 15 mètres de haut, ce coup-ci j’ai failli griller. Pensez à me faire vérifier ma police d’assurance avant d’y retourner.

Cette photo a été prise avec un EOS 40D acquis très récemment, en attendant le Mark III avant l’été, et le rendu colorimétrique de l’appareil me bluffe. C’est sans doute là que la qualité par rapport à la génération 20D/30D est la plus frappante. L’équilibre et le rendu en balance des blancs tungstène en intérieur est également en nette progression, c’est mon sentiment. J’attends le premier shooting en extérieur, sans doute Jeudi pour le Marseille International Match Race. En attendant, le vitesse des rafales en RAW est impressionnante (avec la poignée BP2, le double accus et une carte Extrem III), je me suis entraîné sur les écureuils en face de chez moi. En tout cas voilà mes premières constatations. Autre chose, oui, l’écran arrière est énorme, en déballant l’objet, j’ai cru que c’était une TV… Le viseur est mieux que sur le 20D, ce n’est pas dur… mais ce n’est pas une baie vitrée panoramique pour autant.

Bon, j’y reviendrais au fur et à mesure. Le meilleur test étant de se servir d’un appareil tous les jours.

Share

2 Responses to Mariska : le travail continue

  1. Nico, Nice dit :

    Tu as donc choisi

    A en croire ce poste tu es donc reste chez Canon. Logique en même temps.

    Sinon, petite question: le refit de Mariska semble un refit … complet. Que reste-t-il d’époque a la fin (à part son dessin) ?

  2. Thierry dit :

    1908

    Un revirement de dernière minute est toujours possible mais j’en doute. Je n’y ai pas vraiment réfléchi pour tout dire. L’ergonomie Canon reste pour moi un paramètre capital. Faut quand même que j’essaye un D3 ne serait-ce que pour faire au moins une fois des photos Nikon dans ma vie. Pour en revenir à Mariska, une grande partie de la coque était d’origine mais une partie de l’arrière avait été tronqué et l’ensemble était en mauvais état. Il y a donc eu un gros boulot sur les membrures et les bordés. De l’intérieur, il ne restait rien et le pont sera refait à neuf. Bref, de l’époque, il restait l’âme du bateau, c’est à dire sa coque. 1908, c’est loin.