« Il est doux, quand la vaste mer est soulevée par les vents, d’assister du rivage à la détresse d’autrui ; non qu’on trouve si grand plaisir à regarder souffrir ; mais on se plaît à voir quels maux vous épargnent.  »

Lucrèce est un poète philosophe latin du 1er siècle av. J.-C., (peut-être 98-55), auteur d’un seul livre inachevé, le De rerum natura (De la nature des choses, qu’on traduit le plus souvent par De la nature), un long poème passionné qui décrit le monde selon les principes d’Épicure. Le poème Suave Mari Magno dont sont issues les lignes précédentes sont à l’origine d’une partie de sa mauvaise réputation. Il y explique pourtant qu’on peut trouver un certain réconfort à être épargné par des situations difficiles auxquelles on assiste.

Vous allez comprendre de quoi Lucrèce parlait en regardant Antoine Martin se faire dévorer par Jaws…

Antoine Martin Wipeout Jaws from theo reynal on Vimeo.

Share

One Response to Suave mari magno. De la philosophie dans le surf de grosses vagues…

  1. thierry dit :

    Je sais maintenant ce que c’est qu’une gamelle à Jaws et je ne souhaite à personne de vivre ça. J’ai également pris conscience qu’il faut sérieusement se préparer pour rider Jaws, nous avons été chanceux dans notre inconscience. L

    Le reste du récit ici : http://www.windsurfjournal.com/article,news,l-oeil-d-antoine-martin,2220