Naish Kiteboarding TV S02E12: WET UNTIL THE END from naishkiteboarding on Vimeo.

Avec ce dernier épisode de Naish TV, la marque hawaïenne s’attaque avec intelligence à deux tabous, aussi tenaces que répandus dans les sports de glisse, l’âge et le niveau de pratique.

Prenons l’exemple du windsurf. Les magazines français ont toujours gardé la ligne éditoriale des années 80/90 quand une grande partie de leur lectorat avait pris 20 ans entre temps. Il ne s’agissait évidemment pas pour eux de devenir des magazines de «  vieux  » parlant des douleurs lombaires après une session (quoique le blog Surf-Prévention se permet ce genre de sujet) mais accepter de voir la diversité de l’ensemble des pratiquants les auraient aidé à gagner un peu d’épaisseur éditoriale. Et le windsurf en général aurait pu tirer quelques bénéfices à ne pas être une énorme machine à exclure des passionnés. Car à la même époque, de l’autre coté de l’Atlantique, des magazines comme Surfer Mag ont régulièrement su aborder des sujets de fond et parler de l’aspect inter-générationnel du surf. Ainsi en octobre 2001, Si Surfer Mag montrait un minot en couverture,  la double d’intro du sujet «  Surfing Forever  » le montrait sur la plage avec son père et son grand père chacun avec leur board sous le bras.

Le tabou de l’âge n’épargne pas le kite. Si on peut comprendre que les marques veuillent avant tout mettre en avant les jeunes générations, c’est même normal, on peut constater que leur communication n’est pas forcément en phase avec l’ensemble des pratiquants. Un tour sur n’importe quel spot montre que les kiteboarders entre 18 et 25 ans ne sont pas toujours la majorité et la proportion de freestylers de bon niveau n’est pas énorme. Pourtant la plupart des efforts de communication des constructeurs montrent des freestylers entre 18 et 25 ans. C’est un peu comme si les fabricants de ski n’avaient montré que des descendeurs ou des freeriders extrême dans l’ensemble de leur publicité. Ils ont exploité les pratiques radicales, certes, mais de manière moins exclusive. Il en va de même dans la conception produit mais là, c’est un auter débat…

On pourrait aussi parler de la présence des femmes mais c’est moins flagrant. Cabrinha met en avant Suzi Mai, Il y a Hannah Whitley chez Wainman ou Charlotte chez F.One. Tout n’est pas négatif, ce n’est pas le propos.
Dans ce contexte, cette vidéo montrant trois «vieux  » et illustres inconnus, Pete Siracusa, Bob Street, Cyrus Monroe, and Gerry Shalhoob est plutôt bienvenue. Ces trois là, résidant de Mauï, comptent parmi les pionniers du kite. Ils ont commencé en 1999. Ils rident entre potes, pour le plaisir, leur niveau n’est pas extravagant, mais ils sont le reflet d’une partie des pratiquants. Les mettre en avant est plutôt bien vu, plutôt malin, plutôt intelligent. Même le titre est osé…

Si vous avez 18 ans, c’est vidéo risque de vous gaver, si vous avez entre 20 ans et 30 ans mais que votre père fait du kite, vous comprendrez, si vous avez 40 ou plus (l’âge de Naish et de Cabrinha soit dit en passant…), vous allez vous dire que l’heure de votre dernière session n’a pas encore sonné….

Le mot de la fin. Si le kite accepte ses racines, c’est preuve qu’il mûrit bien.

Share

7 Responses to Old Guy rules : Robby Naish brise le tabou de l’âge

  1. Sylvain L. dit :

    Comme le dit très bien Pete à la fin du film : « my best days are today and tomorrow ». Bel état d’esprit.

    De toute façon, pour revenir sur le jeunisme omniprésent dans le marketing des sports à sensation, il est évident que c’est bien pour vendre du rêve. Dans le sens où ceux qui passent leur temps à regarder ces vidéos sont vus comme des clients potentiels par les marques. Et pour acheter le matériel vu dans ces impressionnantes vidéos, ces clients potentiels travaillent dans les grandes villes, loin des spots de montagne ou de mer (je schématise grossièrement). Parmi eux très peu sont ceux qui pourront reproduire le saut de barre rocheuse de 20 mètres ou l’aerial de 30 secondes vus dans les vidéos dont ils se gavent avant d’aller en vacances où ils auront finalement une pratique bien pépère de leur activité fétiche.

  2. clovis dit :

    Hello, ca fait plaisir quand tu te fends d’un bel article !
    Au-dela de cette video (que j’avoue trouver d’une qualite assez mediocre dans la scenarisation, la realisation et la post-production par rapport a ce que fait Naish d’habitude), j’ai l’impression que tu souleves plusieurs questions :
    1. la communication des fabricants
    2. la presse
    3. les produits

    1. Ca ne me choque pas que Naish & co communiquent sur l’elite du sport: Ducati montrait V. Rossi, Quicksilver montre T. Rice ou Candide T, etc
    De meme, la pub de mode montre tjs une elite esthetique : on achete plus volontiers ce qui rend bien sur un mannequin que ce qui est moche sur qqun qui nous ressemble (cf le debut de la video avec les vieux bedonnants en lycra naish moulant)

    2. La presse en est dans une certaine mesure le reflet, avec dans le cas du wind/kite cet exasperant defaut en effet de se focaliser encore et encore sur la pratique la plus extreme.
    A l’inverse, la presse moto fait bien la difference entre le sport (competition) et le commun des mortels. De meme que Elle publie aussi des articles sur des stars vieillissantes, sur comment cacher vos bourrelets, etc.
    Tout aussi genant, la presse wind/kite fait uniquement des articles sur le matos qui semblent nous prendre tous pour des stars de la glisse (les tests de sylvain hoceini sont une blague pour le commun des mortels; personne n’a fait d’article positif sur la Naish Ride, donc en avoir une c’est passer pour un blaireau sur les spots, alors que c’est de ce genre d’initatives que le sport a besoin pour devenir mainstream… ou alors le but est justement de garder le peu de place des spots pour qques happy fews! ca me va mais c’est pas bon pour le business). Ce qui aboutit a mon point 3.

    3. Le pb qu’a en effet le kite aujourd’hui, et que tu as deja evoque recemment, est que le matos semble fait par des pros pour des pros. Ils semblent imaginer qu’ils sont encore seuls sur leurs spots ou que tout le monde veut devenir comme eux. Or
    a. la demographie des spots ne matche pas : j’ai encore constate cet ete a Naxos qu’a 34 ans j’etais plutot un « jeune » (en meme temps a 70 euros de l’heure pour les cours, et environ 2000 euros le quiver+planche c’est pas etonnant), et que les riders n’ont dans l’ensemble pas des physiques d’apollons…
    b. il y a une ecrasante majorite de debutants… et j’ai l’impression qu’un certain nombre abandonnent rapidement (trop complique, trop cher, trop consommateur de temps sur les precieuses vacances)
    c. parmi ceux qui persistent, beaucoup semblent ravis de tirer des bords peinards (comme disent les magazines « faire du freeride ») et n’ont pas particulierement envie de passer le backloop handlepass s-bend en blind avec railey et crachage de feu
    d. je me demande si les marques ont reflechi a ce que veulent les riders normaux : est-ce que je reve d’une board avec un pop de la mort qui tue ? ou d’une planche confortable pour un depart au planning rapide et une session sympa ? mieux encore, pour eviter que je ne m’ennuie a force de faire des allers retours perpendiculaires a la plage, est ce que qqun s’est demande comment faire des planches/kites qui remontent mieux au vent, sans effort? parce que jusqu’a preuve du contraire ce qui est sympa avec un bateau, un velo etc (stt si on n’a pas 16 ans), c’est de se balader avec, seul ou avec les potes !
    e. y a qu’a voir les sports comparables : beaucoup connaissent des derives similaires (replicas en moto, snobisme du all mountain « 50% hors piste ») et comme dit precedemment la pub du ski etc est centree sur les champions, mais le matos est en general fait pour le plus grand nombre (et quand ce n’est pas le cas, c’est la faillite, cf Coreupt « pour les riders par les riders ») ; de meme Nike communique sur les stars de l’athle mais continue a mettre en avant la Pegasus pour les coureurs, pas les pointes special Ethiopiens !

    Enfin bref, mon sentiment dans tout ca c’est que
    * les gars de North etc sont des breles en marketing / developpement produits, qui n’ont rien appris de la chute du windsurf
    * les redac chefs des magazines de kite sont debiles (y aurait ptnt tellement d’articles a faire sur robby, pete et les autres !!!)

    Mais vive la glisse et le plaisir sous toutes ses formes

  3. clovis dit :

    Ah oui et je precise apres toutes cette diarhee verbale qu’alors que j’adore regarder des videos de kite, surf etc (j’ai flysurf en homepage, merci pour les selections), ca ne me viendrait pas a l’esprit de m’acheter du matos car rien ne semble correspondre a mes besoins (facilite) et en plus dans un an ce sera demode.
    Alors que des chaussures de ski, par rapport a la loc, ca me parle.

    Anyways, fin de mon enervement ! :-)

  4. Merci les gars, je prendrais le temps de vous répondre, désolé pour avoir valider vos commentaires avec du retard, je suis « attaqué » par les spams en ce moment au niveau du blog…Et prenez toute la place que vous voulez en commentaires, c’est fait pour ça. :=)

  5. Alexandre dit :

    Belle discussion bien argumentée !
    J’étais un accroc des vidéos hard core, que se soit en surf, kite ou SUP, et ski/snow.
    Je passsais mon temps sur le net à me gaver de ces vidéos qui vendent du rêve.
    Mais pourtant bien loin de mon niveau de pratique…
    je m’en suis complètement lassé, peut-être est-ce l’âge ? sic… Et cette vidéo me plaît bien, je la trouve rafraîchissante.
    ce que je mâte actuellement ce sont les vidéos mettant en scène les filles. Finalement leur niveau ne demande pas une force herculéenne, et leur pratique est bien plus proche de la mienne.
    Je suis gavé de ces marques qui mettent en avant des gosses de 15 ans qui ne vont pas durer. Je ne me sens plus concerné, et dans mon cas, c’est anti-productif, je n’ai plus envie d’acheter !
    Je trouve mon inspiration aujourd’hui dans les watermen, Robby, Pete, Mitchell, Kalama, Lopez, etc.
    Ces gars ont tellement plus de choses à dire !

  6. clovis dit :

    Bon, eh bien si on creuse un peu il n’y a pas que le kite et la planche qui ont ce type de pbs… en fait c’ets toute l’industrie de la glisse qui a l’air de se reveiller avec une belle gueule d ebois !
    http://www.lemonde.fr/sport/article/2012/10/04/le-surf-dans-le-creux-de-la-vague_1770298_3242.html
    et ca vaut le coup de lire ce forum dans son integralite, avec les anciens vs les modernes, les hardcore vs les grands publics, les businessmen vs les reveurs: http://www.skipass.com/forums/sports/ski_freestyle/sujet-122041-100.html

    C.

  7. clovis dit :

    Et puis c’est vrai que Robby reste tellement plus spectaculaire (je n’ai pas forcement dit technique) que tous les jeunes freestyleurs!
    http://vimeo.com/50515612

    C.