La météo avait prévu des averses neigeuses et même si le temps de la veille, un gros et puissant flux de sud-est et du froid laissait à penser que cette vision était la bonne, le dimanche se déroula sous un soleil radieux. Ce fût une bonne raison d’aller arpenter les chemins du pays d’Aix à la recherche de quelques belles lumières et de repèrer quelques bons passages pour le VTT. On a notamment longer la Sainte Victoire par le chemin que connaisent bien certains grimpeur au pied de la face mais compte-tenu de ça justement, ce n’est pas l’endroit idéal car obligeant à des angles trop en contre-plongée.

Pour l’occasion, j’étais en famille et  nous avions emporté pas moins de trois boîtiers. Un Nikon D40X, un Sony Alpha 100 et un Canon EOS 30D. Ce sont surtout les deux premiers, clairement orientés grand public, qui ont servi, le 30D étant une veille connaissance. Ensuite, les boitiers passant de mains en mains, y compris dans celles de Jessica 10 ans, on les a réglé sur le Mode tout auto (carré vert) voir en mode P. Comme des vrais touristes, pour voir quel type de résultats on obtenait.

Premier point les différences d’exposition sont assez sensibles. D’une certaine manière c’est assez surprenant. Le Sony Alpha 100 a une tendance à sous-exposer légèrement les sujets globalement très lumineux (rien de catastrophique et facilement rattrapable sur l’ordinateur) tandis que le Nikon est sans doute plus équilibré mais il nous a bizarrement interprêté certaines hautes lumières dans des situations comprenant deux plans très constrastés. De la végétation vert sombre et de la roche inondée de soleil par exemple. Le rendu d’image du Sony Alpha est bon et celui du Nikon également,
mais coté piqué d’image, on se heurte sans doute aux limites des petits
zooms accessible en prix. Les millions de pixels ne font effectivement
pas tout dans une photo.

Coté prise en main, j’ai bien apprécié la taille du D40X vraiment compact et pratique, son impression de qualité, et le zoom 18-55 doux et fluide. Bon coté AF, ce n’est pas une foudre de guerre. Après, certaines situations nécessitent de reprendre le contrôle de l’appareil et là, j’ai retrouvé le même défaut sur les deux. Certes le Sony a davantage de fonctions accessibles rapidement par boutons (tant de boutons ca peut même suprendre et rebuter un amateur soucieux de simplicité) mais pas celle-là. Il faut utiliser la molette de gauche et avoir recours à l’écran. Impossible donc de changer rapidement de mode de mesure de la lumière. Même combar chez Nikon, ce genre de détail se gère par les menus. Pourtant, à de nombreuses reprises, passer en mesure à prepondérance centrale est bien utile (ne parlons même pas de mesure spot que peu de gens pensent ou savent utiliser) et il faut pourvoir le faire rapidement. Tout comme il faut pouvoir revenir à une mesure plus globale.

Photo : Montagne Sainte Victoire. Sony Alpha 100. Zoom 28-70 3.5/5.6

Share