ONE SHOT- an Image and an Attitude (teaser) from Darren McCagh on Vimeo.

L’univers de la photographie vient de connaître ces dix dernières années, deux révolutions quasiment concomitantes qui l’ont profondément transformé. L’arrivée de la technologie numérique dans les boitiers, révolution de l’image qui a trouvé son prolongement dans le développement tentaculaire du net. La photo s’est multipliée à la source et s’est démultipliée sur le réseau. Ces deux très profondes mutations ont ouvert de nouvelles portes, en ont fermé beaucoup d’autres. Ainsi va le monde. Personnellement, je ne voudrais revenir sous aucun prétexte en arrière.

La perception de la photo s’en est cependant trouvée complètement modifiée. L’image est plus que jamais incontournable mais le flux massif de photos en circulation en a banalisé la plus grande partie, laissant croire aux acteurs du marché que la loi martiale régulant l’offre et la demande jouait en leur faveur. Ce n’est pas faux dans certains cas. C’est un des problèmes auxquels sont confrontés les photographes professionnels. Faire comprendre, ce qu’il y a « derrière » une photo, à fortiori derrière une photo qui fait la différence. Si aujourd’hui, il est facile de trouver des photos low cost pour un média, la banalisation guette les éditeurs incompétents ou obnubilés par les coûts au point de perdre toute notion de qualité ou de singularité

Faire comprendre au « lecteur » de la photo et encore plus à l’acheteur qu’il n’acquiert pas un « vague » millième de seconde mais que derrière le fichier qu’il téléchargera, il y a une démarche, un investissement personnel, du matériel couteux, du temps, beaucoup de temps, parfois des centaines de kilomètres, des jours d’attente, un regard, une recherche, un vraie culture, du matos cassé, noyé ou perdu et même de l’entraînement physique, de la peur, du risque, tout ça pour un résultat de quelques dizaines de méga qui s’affichent sur un écran, font briller des yeux, vibrer des sensibilités, bouger des gens passionnés. Et que tout ça a en l’occurrence un prix…

Voilà donc ce que cachent certaines photos, et à fortiori derrière celles de Russel Ord, photographe de surf spécialisé dans le hors normes. Pour ma part, j’avais abordé ici-même, le prix d’une photo de voile, sous l’angle du prix du matériel. Terre à terre mais très parlant. J’essaierai d’écrire un billet pour expliquer la notion de temps dans la photo de voile, la notion de risque également dans certaines situations, la notion de rareté pour des catégories bien particulières d’images. J’ai passé un nombre très conséquents de jours en mer depuis dix ans. C’est à mes yeux un vrai capital de bonheur, que je réactive quand je suis à la recherche d’une image dans mes archives. Mais c’est tout ce temps passé au large qui fait aussi la qualité de ma photothèque.

Acquérir les droits d’une photo pour une publication, ce n’est pas uniquement acheter un millième de seconde, ou une poignée de Mégaoctets. C’est s’approprier un visuel qui est issu d’un tout. Et l’impact d’une bonne photo vaut en général le prix qu’on y met…

Share

One Response to Quelle réalité se cache derrière une photo ?

  1. Pierre Cappelli via Facebook dit :

    whaouuu…quel entraînement, quelle mise en condition ! images magnifiques, merci Thierry :)