Ne me demandez pas pourquoi j’ai ressorti cette prise de vue inattendue de Mariquita aux Voiles d’Antibes 2011. Le vent était très faible, l’action peu convaincante et on était trop sur la bateau de presse pour pouvoir espérer faire un travail personnel. C’est dans ce genre d’occasion qu’on peut tenter un geste désespéré. Comme il n’y a pas de corde pour se pendre, l’idéal est de faire des photos inhabituelles… bouleverser les perspectives, il en ressortira toujours quelque chose. Je vous accorde que ce n’est pas son profil le plus élégant, au moins en ce qui concerne le gréement mais c’est la réalité par vent arrière et sa donne une idée des surface de voile et de la grandeur du tangon

Share