Archives TENDANCE BLEUE. 14 janvier 2010.

Faire une bonne photo ou une bon film, ce n’est pas uniquement enchainer les prouesses techniques à chaque images où à toutes les séquences. C’est aussi savoir capter un état d’esprit, des mouvements, des lumières, des sensations et s’en servir pour raconter une histoire ou faire partager une expérience. Go longboard est une vidéo de skate qui colle bien à cet état d’esprit. Pour ceux dont ce n’est pas la culture, on dira que le skate est avec le surf, la vraie racine des sports de glisse. Le skate s’est développé dans les années 70 en Californie. Un film, Lords of Dogtown a d’ailleurs retracé cette période pendant laquelle le surf et le skate était étroitement liés. J’ajouterai que l’univers du skate a toujours été extrêmement créatif sur le plan graphique. Que ce soit sur les planches elles-mêmes, ensuite sur les fringues. La photo de skate a aussi donné lieu à beaucoup de nouveaux angles, dans la rue ou sur les rampes. Elle a permis de libérer les imaginations de débrider les envies notamment grâce à un usage intensif des hyper grand angle dont le fisheye, objectif voué aux gémonies par beaucoup d’autres secteurs. Même si je n’en ai pas fait très longtemps, j’ai quasiment commencé par la photo de skate avec un Minolta 9000 AF, un fisheye et un gros flash déporté au bout d’un cordon téléphone. Enfin, la vidéo de skate a aussi permis a de nouveaux regards de s’exprimer là aussi avec des cadrages très inventifs, très instinctifs, des éclairages alternatifs et beaucoup de mouvements. Dernier point, les revus de skate ont mixé et mis en avant toutes ces influences avec de choix de visuels osés, mis en valeur par des maquettes qui ne s’interdisaient pas grand chose pourvu que ce soit esthétique. Aujourd’hui des magazines comme SOUL, un mag de BMX, est un bon exemple de tout ça. En ce qui concerne la presse, les magazines de sports de glisse, surf, skate, windsurf ou snowboard ont vraiment été à la pointe de l’innovation à partir des années 80. Que ce soit sur le plan éditorial avec une plus grande liberté quant à la façon de raconter. Tous les passionnés de windsur se rappellent des papiers de Hervé Hauss dans le Wind des années 80. Je me souviens aussi de réunions de rédaction assez agitées chez Planchemag pour qui j’ai bossé cinq ans ou chez Wind juste après.  On étaient possédés par nos sujets et on a eu la chance d’avoir quasiment carte blanche. Une fois, j’ai fait un huit pages où je comparais ce que l’on avait écrit, nous reporters du mag, sur les plus belles destinations du windsurf de l’époque, avec ce qu’en disait Amnesty International. On avait même acheté des photos d’Harry Gruyaert de Magnum pour compléter l’illustration. C’était une façon de regarder en face la réalité de notre démarche, voyager pour aller chercher le vent et les vagues, à la réalité du monde ; On allait alors dans des pays pauvres. Rep Dom, Brésil, Vénézuela ou autres et on en ramenait des sentiments très contradictoires. Je ne sais pas quel titre nous permettrait ça aujourd’hui. Ca bougeait beaucoup en maquette également. Je pense notamment à des titres comme Surfer Mag ou Surfing, une immense exigence sur le plan iconographique avec la mise en avant de la photo comme ressources numéro un et comme ressource à part entière. La belle image pour la belle image, la belle photo pour le plaisir des yeux mais aussi pour ce qu’elle signifie en tant que message. Un beau mouvement, une image de vague venue de l’autre bout du monde, un instantanée lifestyle pour l’appartenance à la tribu. Une façon de voir les choses qui a valu a cette presse et à ses titres phares de faire d’excellents score en diffusion quand la vague de chaque discipline les portait. J

Pour les fans, la chaine Originalskateboards sur U Tube. Mattez aussi cette vidéo complètement dingue, Longboarding Slide Gloves Cheap

Share
Tagged with →  

4 Responses to Le skate, le graphisme et la culture de l’image

  1. Michèle dit :

    bravo ++

    merci de nous faire partager ces passions
    qui ne font pas partie de notre vie quotidienne

    meilleurs voeux pour 2010

    bonheur
    santé
    réussite
    joie de vivre….+++

  2. Sylvain dit :

    Stay Hungry. Stay Foolish

    Je ne sais pas pourquoi mais cette phrase d’un certain Steve me vient en tête quand je regarde ça. Ah, ça et un sourire sur les lèvres.

    Ces types (et nanas!! fou ! ) sont doué(e)s, c’est quand ça parait facile que leur maîtrise impressionne. En tous cas ça donne envie…

  3. Thierry dit :

    appétit

    Stay Hungry, ca me va bien comme image. Il faut de l’envie, du désir, de l’appétit, c’est clair, c’est ça qui fait avancer.

  4. Sylvain dit :

    One more time

    Allez, pour le plaisir (on ne s’en lasse pas), le discours d’anthologie de Steve Jobs:
    http://www.dailymotion.com/video/x1fdeu_steve-jobs-stay-hungry-stay-foolish_tech