Archives TENDANCE BLEUE du 20 janvier 2007

Du 16 avril au 12 juin 2007, la Louis Vuitton Cup se déroulera à Valence. Elle fait figure d’éliminatoire pour la phase finale, la 32e America’s Cup, dont le départ sera donné le 23 Juin 2007. Le moment était donc idéal pour revenir sur les éditions précédentes et l’Espace Louis Vuitton y revient en images en organisant du 16 janvier 2007 au 16 avril, une exposition inédite intitulée «Winds and Sails» La Légende de l’America’s Cup et de La Louis Vuitton Cup.

Ce qui rend cette exposition incontournable à mon sens est qu’elle présente les travaux de trois célèbres pionniers de la photographie marine, Edwin Levick, Morris Rosenfeld et Frank Beken, ce dernier étant le seul a être vraiment connu, aux côtés de deux maîtres contemporains du genre, Carlo Borlenghi et Philip Plisson. En France Plisson a acquis la notoriété y compris auprès du grand public, grâce à son incontournable, mais Carlo Borlenghi ne fait figure de référence qu’auprès des observateurs avertis de la photographie. J’en parlais ici il y a peu, il est à mon avis le maître actuel de la photo de voile et ma référence personnelle. Didier Ravon consacre un splendide article sur le sujet (l’expo et la Coupe de l’America) dans le dernier Voiles & Voiliers. Vous pourrez admirer un superbe double page de Walkyrie signé Beken en 1895, et un peu plus loin, ce qui pour moi est la plus belle image de voile jamais prise, « Flying Spinakers » de Morris Rosenfeld, datant de 1938, que vous voyez ici à gauche.

A l’heure du numérique, du débat sur les millions de pixels, du RAW et les sorties récurrentes des softs dernière générations et du 8 images secondes, je trouve vraiment décapant l’arrivée de cette exposition et des merveilles qu’elle nous amène à redécouvrir. Au début du siècle, des hommes avec comme seul outil un chambre photographique lourde, encombrante et peu pratique, mais armé de leur sensibilité, ont pris des images inoubliables.

Les images de Rosenfeld sont celles qui me marquent le plus, loin devant celles de Beken (qui reste un maître qu’on se comprenne bien…). Ce sont donc les photos de  la Rosenfled Collection qui illustrent ce post. Elles sont extraordinaires : graphisme, mouvement, composition, tout y est, avec l’élégance et le romantisme conféré par le noir & blanc de l’époque.

Crédit photo : Rosenfeld Collection

Share