413B3T2M5FL._SL500_AA300_A un moment, j’avais qualifié ce blog de disruptif. Pas uniquement par volonté de jouer avec ce mot devenu d’un seul coup « hype » et par conséquent un peu moqué, mais bien parce que ce terme que je découvrais me parlait. Je ne suis pas photographe est sans doute la phrase la plus disruptive de ma semaine et si je l’ai tapé par jeux dans Google, c’est parce qu’elle résonne en moi depuis longtemps sans que je saisisse complètement à quoi elle me renvoie. Après tout dans ma situation, j’ai conscience que ça peut paraître surprenant…

Google m’a dirigé vers ce livre que je vais m’empresser d’acheter… En voici le pitch

« Ils sont peintres, sculpteurs, poètes, écrivains, voyageurs, architectes, cinéastes, intellectuels, reconnus et admirés pour tels. En grands amateurs – dans le sens de celui qui aime, l’amoureux -, ces personnalités s’adonnent toutes à la photographie. Conçu sous forme d’une petite anthologie, le numéro 100 de la collection « Photo Poche » est destiné à rester, par définition, inachevé, à jamais ouvert…

Il entrecroise et confronte différentes pratiques photographiques : du simple « hobby », jeu, divertissement à l’expérimentation des plus novatrices… C’est donc une invitation à un vagabondage où se jouent en arrière-plan les clivages photographe amateur, photographe professionnel, photographe artiste, toujoursà l’œuvre, tel un mouvement de balancier, dans l’histoire de la photographie depuis ses origines. D’un créateur à l’autre, la photographie apparaît fondamentalement écriture, »rite scripturaire » lié au vécu, à l’identité individuelle,à la vie affective, à la vie de création et de pensée, essentiellement autobiographiques. Nouveau langage de l’intériorité, nouvelle « écriture du moi » qui s’enracinent dans la culture « fin de siècle », la photographie suggère à quel point ces passionnés de génie mettent en scène et stimulent des interrogations identitaires, fournissent des modèles de compréhension de soi et du monde, atteignant une dimension d’archétypes. »

 

Share