Outdoor-Spirit-p

J’ai toujours été frappé par les multiples parallèles qui existent entre la mer et la montagne. Je n’ai pas le temps d’en débattre aujourd’hui, je voulais juste citer quelques extraits de l’excellente interview lue dans SPIRIT Outdoor, de Sylvain Tesson. J’aime ces mots, donc je partage.

« Je suis un piètre grimpeur, j’ai un physique de mangeur de choucroute mais la montagne est ma vie »

« Je pense que nous prenons des risques pour les mêmes raisons que nous mettons du Tabasco dans le ragout. pour épicer les choses. L’aventure a été inventée pour la mêmes raisons que la littérature : parce que le vie ne suffit pas. Les voyageurs, , les grimpeurs, les aventuriers répugnent à le dire parce que l’aveu n’est pas noble : si nous partons sur les routes, sur les mers et dans les montages, c’est parce que nous nous ennuyons. Les villes sont grises, la vie moderne est insipide, la perspective de l’avenir est morose, on en vient à faire de la normalité, une vertue politique. L’action est l’antidote. Seuls les poètes osent dire qu’ils s’ennuient et qu’ils demandent aux voyages de les emmener « n’importe où » (Baudelaire, le spleen de Paris) » Sylvain Tesson

« L’envie d’assouvir un rêve d’enfant avec des moyens d’adulte. Un désir de silence absolu. Ce qui m’a poussé à partir en réalité, c’est ce qui nous pousse à boire de l’eau minérale après la dinde de Noël. une envie de désintoxication

Share