Ceux qui lisaient déjà Tendance Bleue en 2007 et 2008 se rappelleront que ce bon vieux blog était à la pointe de l’information – je pèse mes mots – en matière de vitesse à la voile à l’époque. Avec un pied dans la voile en tant que journaliste pour la magazine BATEAUX, en tant que rédac’che des NEWS de flysurf.com et ancien reporter pour Wind, j’avais un accès privilégié à l’information en voile, kite et windsurf.

J’ai navigué sur l’Hydroptère, relayé souvent le premier les infos de kitesurf sur Lüderitz, et ça a été un vrai plaisir. Il y avait même une catégorie de news pour ça, toujours accessible ici.

J’ai ensuite lever un peu le pied sur ce front de l’info pour me consacrer à d’autres chose. Reste que la quête de la vitesse à la voile m’intéresse toujours et je garde un oeil dessus. Ce matin, j’ai rédigé un édito publié dans la journée sur Flysurf.com. je vous en fais profiter, j’ai pris du plaisir à l’écrire et je vous laisse comme sur FS, avec la vidéo de Sail Rocket dont je parle.

Résumons la situation sans langue de bois mais avec un peu de distance néanmoins. Une suite d’incidents diplomatiques plus ou moins sévères ayant opposé les différents (et pourtant peu nombreux…)  acteurs de la scène speed en kitesurf l’année dernière en Namibie, le Luderitz Speed Challenge qui consacrait depuis quelques années et avec grand succès (des retombées partout, de l’Equipe au New York Times en passant par Le Figaro, les radios et les TV), la quête de la vitesse maximum à la voile en kitesurf, n’est plus….
Les kiteboarders ont cassé leur jouet et il ne nous apparteint pas de distribuer les bons et les mauvais points. On constate c’est tout. Dans un Harakiri quasi cinématographique, Sebastien Cattelan, a même transformé cette arène imaginée au départ (et par lui-même) pour le kite, en épreuve de windsurf. Un geste qui apparaîtra aux yeux des windsurfers comme un retour aux sources inespéré, et aux kiteboarders comme un coup de poignard quasi-irrémédiable. Aux autres observateurs un peu avisés, le revirement est vécu comme un non sens. Dans la même optique, on pourrait imaginer que d’un seul coup les skieurs de la coupe du monde de descente décident dans un bel élan que Kiztbuhel doit désormais se courrir de nouveau en luge à foin. Retour aux sources après tout. On peut mettre de la mauvaise foi où bon nous semble

Bref, pendant que Seb et consorts feront de la planche à voile en Mamibie – et on leur souhaite sincèrement du succès, l’idée n’est finalement pas si mauvaise sil elle n’avait été prise sur des bases plus saines – et que le reste de la troupe fait du tourisme en Nouvelle Angleterre, les voileux et pas des moindres croient toujours fermement en leur étoile. Si leur goût du sport et du beau geste leur a fait accepter de se faire doubler par les kiteboarders, on peut se dire que l’esprit anglo-saxon qui flotte sur la voile mondiale n’a sans doute pas encore avaler la couleuvre. Se faire ejecter de la plus haute marche d’un podium ancestral, par des skaters propulsés par un chiffon accroché au bout d’une ficelle a sans doute été vécu aussi douloureusement que de s’être fait tirer la Bentley toutes options dans les quartiers chauds de Caracas.

Bref, pour en revenir au fait, Paul Larsen, le très respecté manager et skipper de Sail Rocket n’a pas lâché l’affaire et a toujours envie de botter le cul de Douglas, Caizergues et consorts histoire de faire resouffler un peu le bon esprit du yachting sur la voile. L’équipe est en Namibie, à Walvis Bay avec un nouveau bateau. Ils font des runs au-dessus de 50 noeuds et la meilleure pointe est à 54,4. Rob Douglas a encore un peu de marge mais pour combien de temps encore…

Share

9 Responses to Et si les speedboarders avaient du souci à se faire…

  1. La vie (tesse) n’est pas qu’un long canal tranquille;-)
    Bravo Paul, à bientôt du côté des 60 kts
    Alain
    http:/www.alainthebault.com

  2. Charles dit :

    Cet article est particulièrement mauvais et détonne dans ce blog d’habitude d’honnête qualité. Mr Cattelan n’organise pas une épreuve de windsurf mais bien une épreuve de kite avec un peu de windsurf, comme c’était déjà le cas auparavant. La différence est que c’est une épreuve privée cette année et que Mr Cattelan va faire un peu de windsurf pour prouver le potentiel du nouveau canal pour ce support et attirer des pointures l’année prochaine.
    Il est insultant de traiter de luge à foin le support qui vous a fait manger pendant des années et qui n’est pas plus en retard par rapport aux kites que le bateau dont vous faites l’apologie ici et qui le sera vraisemblablement beaucoup moins une fois cette tentative achevée.

  3. sylv1 dit :

    Salut Thierry,
    Quand je vois l’usine à gaz qu’ils ont pondus pour faire aussi bien que les kites il y a plus d’un an, je suis mort de rire !
    Je pense que le matos et les riders en kite depuis Lüderitz ont bien progressé, si j’ai bien suivis cette année il y auras kite et windsurf là bas, j’espère donc que de nouveaux records tombent. Dommage malgré tout comme tu le soulignes qu’au sein de ce microcosme du speed, ils arrivent à se creper encore le chignon !
    Je suis également bien content que les « kiteux » que nous sommes soient venues semer le trouble et en froisse qq capitaine de bateaux, pour le coté petit David qui explose le grand Goliath avec 2 francs six sous et un bon physique. Il parait même qu’on sera aux JO !
    Bon allez si jamais les voileux arrive a faire mieux, je serais le premier a les féliciter, on partage la même passion de la mer, du vent et de la vitesse !
    Sylv1
    Ps: j’adore le ton de ton article !

  4. Thierry dit :

    Rien ‘est moins sûr pour Luderitz, Rob Douglas et Alex Caizergues n’y seront pas et l’épreuve devrait se courir en windsurf… Reste que Seb Cattelan est capable de re-prendre son aile de kite et de péter un record. Je ne suis pas fan absolu de Sail Rocket, je préfère Macquarie Innovations (http://www.macquarie.com.au/mgl/au/speedsailing/updates) mais je salue la ténacité de Paul Larsen. Merci pour ta remarque, je me suis beaucoup marré à l’écrire…

  5. Bonjour Charles. J’aime beaucoup votre première phrase car elle a le mérite d’être très honnête. Je suis prêt à reconnaître que j’ai forci le trait et vous voudrez bien m’excuser si erreur il y a. Je trouve absolument BIEN, que Sebastien fasse du windsurf et je revendique le droit à écrire des billets où je joue avec les mots. Quant à qualifier de la sorte, ce que j’écris à propos du windsurf, c’est faire peu de cas de ce que j’ai toujours écrit ici-même, à savoir que le windsurf est un sport fantastique, je suis même persuadé que Seb est capable de faire un gros temps. Finalement, le fond du billet n’est pas là et il ne faut pas feindre de ne pas le voir. On a aujourd’hui une partie de l’élite de la vitesse en kite qui est à Martha’s Vineyard pour uen épreuve parallèle et le Luderitz Speed Challenge a du plomb dans l’aile puisque tous les meilleurs n’y sont pas. C’est juste dommage, cette épreuve avait un énorme potentiel. Voilà. Il y a deux semaines, j’étais à Carro pour naviguer en windsurf. Ce sport a changé ma vie.. je n’oublie pas. Vraiment.

  6. Charles dit :

    Pas de problème, j’ai grossi le trait aussi :) Le truc, c’est que dire que Luderitz était devenu une épreuve de planche était faux et étonnant venant de la part d’un bon professionnel du journalisme. L’épreuve aux USA a une notoriété qui ne dépasse pas le monde du kite et le canton où ça se passe aux US, Luderitz sera sans doute encore à l’honneur dans les médias généralistes en cas de nouveau record (ce qui ne manquera pas d’arriver si les conditions sont là)donc au final, il n’y a pas photo.

  7. Thierry dit :

    Charles, il ne faut pas se voiler la face. Il y a eu un énorme clash l’année dernière entre Seb d’un coté et les autres coureurs de l’autre. Peu importe les responsabilités le résultat est là. D’un coté Martha’s Vineyard dont la renommée est à construire, de l’autre Luderitz où manque des coureurs comme Alex, Rob ou Charlotte. La F1 ne se prive pas de la moitié des coureurs au moindre conflit pas plus que les autres sports. Effectivement, il n’y a pas photo, la situation est très décevante. :=)

  8. Charles dit :

    Dans les autres sports, l’organisateur n’est pas l’un des compétiteurs, c’est là toute la différence.

    Alors oui, il faut choisir entre coureur et organisateur mais d’un autre côté, critiquer un mec qui se défonce à monter une épreuve qui vous permet de battre un record que vous n’auriez jamais eu sinon, c’est vraiment nul…

  9. Thierry dit :

    Je comprends tout à fait et j’ai souvent défendu par le passé la position de l’organisateur. Et évidemment ce qu’à fait Sebastien est énorme. Reste qu’à un moment, la position n’était peut-être plus tenable. Je n’ai pas critiqué très frontalement ce qui s’est passé l’année dernière, après tout ne ,’étais pas physiquement là-bas mais j’ai fait intervenir sur FS toutes les parties prenantes et beaucoup d’avis de personnes assez différentes et pas forcément conniventes étaient convergent. Il est évident que les deux parties ont des torts et nul ne pense à uniquement jeter la pierre à l’organisation. Mais avec le niveau qu’avait atteint l’épreuve, de nouvelles obligations arrivaient avec ce statut. Le reconnaître – mais les coureurs dans leur ensemble pouvait le faire aussi – aurait sans doute permis d’éviter le conflit. A mon avis, il y avait une étape à franchir fin 2009 qui a été manquée. Convaincre un gros partenaire et constituer une organisation « indépendante » du statut de Seb. Seb à crée l’événement mais cet événement a aussi grossi parce que les meilleurs étaient là. Donc c’est dans une certaine mesure un capital commun. On ne peut pas non plus se retrancher derrière le fait qu’il organisait pour dévier toute critique.