Ceux qui suivent le circuit des bateaux classiques savent que la lassitude ne les guette pas. D’abord parce que les unités que l’on retouve sur l’eau d’une année sur l’autre sont des légendes qui ont pour nom Moonbeam 3, Moonbeam 4, Altaïr, Mariquita, Mariska, Tuiga, mais aussi Lulu, Oriole et tant d’autres. Il serait malséant de s’habituer à temps de merveille, et si cela devait arriver un peu, des heureux revenants pointent à nouveau leur céleste silhouette sur la ligne de départ. Régulièrement.

On a ainsi vu réapparaitre Orion, Eleonora, Lulworth, Mariska, Helena, mais aussi Atlantic pour ne  citer qu’eux. Certains de ces grands noms sont de vrais refit, d’autres des répliques. Peu importe si la qualité de travail et de fidelité aux plans initiaux est là.

Ce matin, je suis tombé à la renverse et pour une fois, ce n’était pas un des heureux hasards du web. Un joyeuse équipe d’impétueux se sont attaqués à la renaissance de Britannia, fabuleux yacht classique de 37 mètres (122 pieds).

Lancé en 1893, K1 Britannia a appartenu à Edward Albert King et George V d’Angleterre. Le bateau aura glaner 231 victoires.  C’est à priori un armateur norvégien, Sigurd Coates qui a eu cette idée folle (la coque pèse 132 tonnes) il y a quinze ans mais aujourd’hui c’est une association qui gère le projet. La coque a été fabriquée en Russie et c’est aujourd’hui à Cowes que la suite de l’aventure a lieu. C’est Giuseppe Longo (un ancien de l’équipe du refit de Lulworth) qui gère le projet. Je vous laisse avec ce film qui résume le projet, c’est un vrai caviar…

ishot-2

Share